De cet instant suspendu, le temps d’un reflet entr’aperçu, le temps d'un clignement d'œil, il reste une impression rémanente que le peintre, dans sa position d’observateur, épie, vole, se réapproprie et restitue.
Pendant ce court moment, il s'échappe souvent beaucoup plus de vérité sur les sentiments et la nature profonde de l'âme. Sa sincérité comme sa fragilité. C’est un instant furtif où l’image que l’on veut donner de soi n’est plus contrôlée ni composée.
 
Les portraits d’Isabelle Bourger sont abordés au travers d’un cadrage serré qui traduit ces « saisies sur image », permettant de rester dans l'intimité du modèle. Il amène le spectateur à s’approcher malgré lui et entrer dans cette espace privé si rarement pénétré de la personne qui lui fait face. Il se crée alors une sorte de communion entre « regardant » et « regardé ».
Isabelle Bourger porte un regard quasi photographique sur ses modèles. Sa quête d’un certain réalisme s’arrête dès lors qu’est atteint non pas une ressemblance mais une vraisemblance ou plus exactement une réelle présence. L’expression lui importe plus que l’image.
 
Le travail monochrome, accompagné ou non de rehauts colorés, permet de se défaire d’un vocabulaire superflu et de se concentrer sur la lumière, les volumes, et la matière dont l’effet est accentué par l’emploi du papier bambou.
Les tableaux sont réalisés à l’acrylique et au fusain, dans un geste pictural mêlant intimement le dessin et la peinture. Les supports sont indifféremment la toile sur châssis ou le papier marouflé sur bois.
 
 
Isabelle Bourger s’est formée auprès de Franck Hommage.

 

Pour tout renseignement sur l'artiste ou sur une oeuvre, nous contacter: arts.evasion@gmail.com, 06 19 54 46 37

 
 
Diaporama